Ce que nous avons appris des garçons retenus dans les cavernes

25 juillet 2018

Si nous devions tout résumer, nous aurions un mot : Charité. C’est ce qui a uni les nations dans la prière pour la vie de ces jeunes.

Ils ont réussi à détourner l’attention du monde pendant la Coupe du Monde, inspiré la prière, ils ont renversé les cœurs et les gouvernements pour une immense opération de sauvetage, qui était miraculeux, mot utilisé par de nombreux officiers de la marine thaïlandaise, les médecins et les plongeurs qui ont réussi avec succès. C’était un soulagement pour tous malgré la perte d’un plongeur à la retraite qui s’était offert pour aider l’opération. Il n’a malheureusement pas survécu au sauvetage où il distribuait des réservoirs d’oxygène le long du chemin lorsque le sien s’est fini avant d’avoir accompli sa mission. Le chef de l’opération a déclaré que "son sacrifice ne serait pas vain". Et il ne l’était pas. Aucun sacrifice n’est vain.

Le sacrifice est l’un de ces mots qui brillent comme des étoiles dans le ciel de cet épisode sans précédent : celui de deux plongeurs britanniques volontaires qui ont trouvé les enfants et leur entraîneur - nous l’a-t-on expliqué - sacrifice aussi des plongeurs spécialisés et militaires dans ce type de sauvetage, envoyés de Chine, d’Australie, du Royaume-Uni et des États-Unis, des trois officiers qui se sont portés volontaires pour rester avec les jeunes à l’intérieur de la grotte en leur apportant un soutien, une assistance médicale et psychologique.

Sacrifice de l’entraîneur lui-même qui ne mangeait sa ration journalière que lorsque les garçons étaient rassasiés, avant mais aussi après leur découverte. L’un des officiers de la marine thaïlandaise qui est resté avec eux jusqu’à la fin de l’opération a déclaré que son dévouement envers les garçons était total et qu ’"il les aimait plus que lui-même".

Le Jeune entraîneur

Maintenant, en regardant l’image de ce jeune entraîneur de seulement 25 ans, le rôle parental est ce qui brille devant nos yeux : Ekapol Chantawong ou Ek, comme les membres de la famille ainsi que les garçons l’appellent, est un garçon qui a perdu ses parents à 10 ans, élevé par des parents d’une manière humble. Sans nationalité thaïlandaise, une personne apatride, il a travaillé comme entraîneur adjoint de l’équipe de football Sangliers et était connu pour le dévouement dont il avait souvent fait preuve en allant chercher ou en ramenant les garçons à la maison lorsque leurs parents ne pouvaient pas. Les officiels ont rapporté que son leadership et son assurance ont été fondamentaux. Les professionnels de santé ont été surpris par la santé émotionnelle des garçons après neuf jours pris au piège dans la grotte avant d’être retrouvés. L’un des garçons, sur l’un des billets échangés avec sa famille, a dit : « Ne t’inquiète pas, je suis content ! »

Ek a permis aux garçons de toujours garder espoir et avec un objectif commun : Lui et les adolescents, avant d’être trouvés, ont creusé un trou afin de sortir de là. En outre, il a continué à les former dans la discipline, toujours pour le meilleur, ne pas se concentrer sur eux-mêmes ou l’adversité. Deux exemples de cela : le geste de garder les restes de nourriture dans des sacs en plastique afin de ne pas salir l’environnement et quand ils ont quitté la grotte, quand ils ont été secouru, les garçons n’ont rien pris de l’endroit, comme leur entraîneur leur avait demandé.

La paternité engendre la fraternité

Prendre ces enfants comme ses propres enfants leur a permis de se sentir en sécurité et dans l’unité les uns avec les autres, prouvant la maxime que la parentalité engendre la fraternité. En outre, Ekapol nous rappelle notre rôle en tant que parents, enseignants, pasteurs, frères et sœurs plus âgés : être une référence en matière de valeurs et de refuge pour les nouvelles générations.

L’autre étoile qui brillait dans ce ciel gris et littéralement menaçant était la Divine Providence. Elle qui a donné à notre Ekapol la bonne compagnie pour ces enfants en ce moment critique, ce qui a permis à Adul Samor, le seul jeune chrétien, de parler anglais pour communiquer avec les deux plongeurs qui les ont trouvés. C’était la Main de Dieu, que nous appelons aussi Divine Providence, qui malgré les fortes pluies qui ont frappé l’endroit, n’a pas laissé monter le niveau d’eau à l’intérieur de la grotte, ce qui aurait rendu pratiquement impossible l’évacuation de ces enfants qui ne connaissaient rien aux équipements de plongés et n’auraient pas eu la force de faire le parcours, qui aurait duré le double de temps selon les membres du gouvernement.

C’est la Providence qui a préservé l’intégrité physique et mentale de tous - admiratifs, les médecins ont constaté qu’ils avaient perdu seulement 2 kg quand ils ont été trouvés et ont également été perplexes par l’optimisme qu’ils ont montré tout au long du processus de sauvetage. Le rôle de Dieu dans ce scénario ferait pâlir de jalousie Hollywood c’est indéniable.
La charité qui unit les nations

Si nous devions tout résumer, nous aurions un nom à donner à cette constellation : la charité. Celle-là même qui a uni les gens simples, les chefs d’Etat, les forces armées et de nombreux professionnels. La charité qui a uni les nations dans les prières pour la vie des jeunes que nous ne connaîtrons jamais personnellement et qui nous a rappelé la valeur de la vie humaine et qu’aucun effort n’est trop grand pour la sauver. La charité de Dieu envers les hommes, qui a maintenu le pouvoir de la nature, ce qui montre qu’il contrôle absolument tout (la grotte a été inondée quelques heures après que Ek, le dernier à partir, ait été sauvé. Les pluies torrentielles se sont intensifiées fortement)
Cette charité nous rappelle d’où nous venons, pour quoi que nous avons été créés et que notre réalisation est en particulier donner sa vie pour un autre, offrant tous les dons, talents et notre temps pour donner vie à ceux qui sont pris au piège dans les cavernes des conflits, de la peur, du doute, du manque d’amour. Cette charité nous fait réaliser que parfois nous sommes pris au piège, parfois nous aidons les autres à sortir de leurs grottes, que nos vies sont entrelacées et que nous apprendrons toujours les uns des autres, peu importe où nous sommes. La charité qui nous fait dormir profondément parce que nous avons la conscience que nous avons donné tout ce que nous avions.

L’amour ! C’est la constellation de notre vie, par laquelle nous nous orientons et sommes éclairés. Par lui nous atteindrons notre patrie !

Shalom !

19 julho 2018

Ecrit par Umbelina Helena