Les jeunes et les apparitions de la Vierge Marie

Par Sidney Rostan21 mai 2017

La Vierge Marie est apparue à de nombreuses personnes parmi lesquelles se trouvent beaucoup de jeunes dont la française Bernadette Soubirous, mondialement connue. Comment au fil des siècles la mère de Dieu a-t-elle montré son amour maternel envers les jeunes ?

En mai 1664, à Laus, dans le vallon des Fours, située dans les Hautes-Alpes, Marie apparaît pour la première fois à Benoîte Rencurel, une bergère illettrée de seize ans. Pendant 54 ans, jusqu’à la mort de Benoîte en 1718, la Vierge lui apparaît.

En 1842 Alphonse Ratisbonne, un homme juif, riche athée et railleur des pratiques catholiques, se rend dans la basilique Sant’Andrea delle Fratte, en Italie, accompagné d’un ami. Il voit soudainement une figure éblouissante au-dessous de l’autel. Il reconnaît la Vierge telle qu’elle figure sur la Médaille miraculeuse. Lorsqu’on lui demande de la décrire il dira simplement : « Elle ne m’a rien dit, mais j’ai tout compris ». Cette apparition bouleversa sa vie.

Quatre ans plus tard, au mois de septembre, Mélanie Calvat âgée de 15 ans et Maximin Giraud âgé de 15 ans, deux jeunes bergers, montent dans les alpages du village de La Salette, dans l’Isère, pour faire paître leur troupeau. Mélanie aperçoit alors soudainement une lumière éblouissante. Ils voient alors apparaître progressivement une dame, la Vierge Marie, qui est en pleurs et les regarde. Elle leur dit : « Avancez, n’ayez pas peur ! Je suis ici pour vous annoncer une grande nouvelle. »

En février 1858, Bernadette Soubirous, une jeune fille simple, de santé fragile et âgée de 14 ans part chercher du bois près du rocher de Massabielle, à Lourdes dans les Hautes-Pyrénées. Une belle Dame vêtue de blanc lui apparaît dans la partie supérieure de la grotte. Elle aura en tout 18
apparitions jusqu’au mois de juillet 1858. Le 25 mars, fête de l’Annonciation, a lieu l’apparition qui se trouve au sommet de toutes, la Vierge Marie se présente à Bernadette comme étant « l’Immaculée Conception ».

Un an plus tard, en octobre, à Champion, dans l’état du Wisconsin aux États-Unis, la Vierge Marie apparaît trois fois à Adèle Brise née en 1831. À l’issue d’une Messe, Adèle raconte ces apparitions à son confesseur. Elle explique avoir vu une femme d’un blanc éblouissant, et portant une couronne d’étoile sur la tête. Le prêtre l’invite à demander l’identité de la dame. Elle lui répondra : « Je suis la Reine du Ciel qui prie pour la conversion des pécheurs, et je désire que tu fasses comme moi ».

Le 17 janvier 1871, en France, à Pontmain, dans le département de la Mayenne, Eugène Barbedette alors âgé de 13 ans, fils d’un paysan voit soudainement au-dessous du toit d’une maison voisine une dame vêtue d’une robe bleue parsemée d’étoiles d’or. Elle porte une couronne sur la tête et lui sourit. Trois autres enfants verront la belle Dame : Joseph Barbedette, Françoise Richer, et Jeanne-Marie Lebossé.

En 1877, à Grietrzwald, un village polonais, la Vierge Marie apparaît à 160 reprises à Justyna Szafrynska (13 ans) et Barbara Samulowska (12 ans). Le 30 juin, elle dit : « Je désire que vous récitiez le rosaire tous les jours ». Le 1er juillet, elle se présente : « Je suis la très sainte Vierge Marie Immaculée ». Elle invite à la prière et à la pénitence.

Deux ans plus tard, le 21 août, à Knock en Irlande, Mary McLoughlin (quarante-cinq ans) et Mary Byrne (vingt-neuf ans) aperçoivent des images lumineuses sur la façade de l’église paroissiale. Elles voient la Vierge Marie qui est accompagnée de saint Joseph et de saint Jean l’Évangéliste. Elles avertissent toutes les personnes qui se trouvent aux alentours : quinze personnes voient la Vierge pendant près de deux heures. Aucun message n’est donné. Les témoins voient aussi un autel sur lequel se tiennent un agneau et une croix.

Le 13 mai 1917, au Portugal, après avoir assisté à la Messe, trois jeunes bergers, Lucia, Francisco et Jacinta mènent leur troupeau à Cova da Iria. Ils sont surpris par un éclair après avoir récité le chapelet. Un second éclair les surprend et ils voient soudain sur un petit chêne vert, une dame vêtue d’un blanc plus brillant que le soleil. « La lumière l’environnait ou plutôt émanait d’elle (…). Nous étions près d’elle (…) à 1 mètre et demi de distance, plus ou moins. Elle paraissait plus de 18 ans ».
Cent ans plus tard, Francisco et Jacinta sont canonisés par le pape François à Fatima.

De 1932 à 1933 Fernande (15 ans), Gilberte (13 ans) et Albert Voisin (11 ans) voient apparaitre la Vierge Marie 33 fois à Beauraing, en Belgique. Elle est restée longtemps silencieuse. Un jour les enfants lui demandent si elle est la Vierge Immaculée, elle répond par un signe affirmatif de la tête. À chaque apparition ils tombent brutalement à genoux mais sans heurter le sol, sans se blesser. De très nombreuses personnes affluent pour y assister car les apparitions ont lieu le soir.

En 1933 aussi, en Belgique, dans un petit village au sud de la Liège, à Banneux, la Vierge Marie apparait à Mariette Béco qui a alors 11 ans. Elle voit un soir avec surprise une lumière dans le jardin. Elle voit ensuite une dame qui l’invite à se rapprocher. Mariette s’en va puis revient : la dame est toujours là. Elle se présentera comme la « Vierge des Pauvres ».

En novembre 1981, à Kibeho, le lieu le plus pauvre du Rwanda, la Vierge Marie est apparue à Alphonsine Mumereke née en 1965, Nathalie Mumukamazimepaka née en 1964 et Marie-Claude Mukangango née en 1961. Elle se présente comme « Notre-Dame des Sept Douleurs », et fait allusion au massacre qui va déchirer le Rwanda en 1994. Elle exhorte à la prière incessante au jeûne, à la repentance et à la conversion.

Avec ces nombreuses apparitions de la Vierge Marie aux jeunes, nous pouvons penser que la mère de Dieu est attirée par la pureté des jeunes. Ces derniers peuvent aussi vivre une vie de sainteté dès leur âge conduis par Marie.

Source : Aleteia